Invasion des frelons asiatiques à Antony

20160902_170301Le frelon asiatique débarqué fortuitement dans une poterie sur le port de Bordeaux a envahi rapidement la France. Plus petit que le frelon européen (2,5 cms quand même), c’est un féroce prédateur des abeilles dont il se nourrit. En moins de 2 ans, il a envahi la région parisienne.

L’année dernière, on pouvait voir quelques spécimens pris au piège, mais rarement sur les ruches. Cette année, il est monté en puissance et en cette fin d’automne, cela devient vraiment inquiétant.

Les frelons sont présents quasiment de façon permanente et se placent en vol stationnaire au dessus des ruches pour capturer et dépecer les butineuses qui entrent et sortent.

Mais depuis une semaine sur Antony , c’est encore plus grave. Avec la baisse des températures, les abeilles sortent moins et le frelon entre directement à l’intérieur des ruches pour capturer les abeilles qui sont moins actives à cause du froid. Un vrai carnage:en 15 jours cela peut décimer les ruches les plus faibles.

Probablement après la belle séquence de beau temps qui a prolongé l’été , le frelon s’est beaucoup développé, n’a plus de ressource et est affamé.

Nous avons bien essayé les pièges appâtés à la bière et au sirop de cassis, mais avec le temps, le frelon s’habitue et évite le piège.20160820_150334_002

De même, la raquette électrique, efficace tout l’été est beaucoup plus difficile à utiliser car les frelons sont plus prudents. Pour rappel, il s’agit d’une raquette de type badminton avec dans le manche une pile qui délivre un courant haute tension sur le filet. Le frelon se prend un bon coup de raquette et en plus une bonne décharge électrique qui lui fait l’effet d’un Taser. Ses muscles sont tétanisés  le temps de l’écraser.

Mais les frelons repèrent quand l’apiculteur est présent, se passent le mot, et cela devient difficile de faire un bon coup droit. Dès que l’apiculteur quitte le rucher, ils reviennent.

Devant l’urgence, tous les apiculteurs de l’association apicole ont installé aujourd’hui des portes de ruche spécial frelon (de couleur verte sur la photo). Il s’agit d’une adaptation car cela n’existe pas pour les ruches Warré.
La porte laisse un espace de 5,5 mm permettant le passage des abeilles, mais le frelon reste coincé et ne peut entrer dans la ruche.20161105_163208

Le frelon continue a attraper les abeilles à l’extérieur, mais au moins, les abeilles sont en sécurité à l’intérieur: Home sweet Home.

Reste à mettre des pièges un peu partout pour les attirer et les capturer, mais l’efficacité est aléatoire mais c’est peu coûteux. Le bouchon coûte 1,5€ dans un magasin apicole et le mélange concentré est censé les attirer. Un frelon attrapé c’est 100 abeilles sauvées.

20161105_163126

Malgré les signalements à la mairie, au département, à la DDPP, rien ne se passe et tout le monde est démuni (!) devant cette invasion.

Bien sûr, cela impacte en premier les apiculteurs qui voient leurs abeilles décimés, mais le frelon asiatique est un animal dangereux qui attaque en masse quand on approche de son nid. Tôt ou tard, il y aura des accidents si personne ne fait rien.

En région parisienne, les nids de frelon ne sont pas forcément dans les arbres, mais peuvent se nicher sous les toits, dans une haie ou même dans le sol. Avec la densité de population, les chances de confrontation ne sont pas négligeables.

La meilleure chose à faire si vous repérez des allers-retours d’insectes suspects ou un nid de frelon est de le signaler à la mairie et de surtout ne pas intervenir vous-même.

Ce contenu a été publié dans Frelons Guepes Insectes, Predateurs, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.