Echanges apicoles en Bavière

L’échange avec des collègues apiculteurs permet de découvrir de nouvelles techniques et méthodes de conduite apicole. Cela est d’autant plus vrai qu’il s’agit d’apiculteurs pratiquant dans d’autres pays.

A l’occasion d’un voyage en Allemagne, dans le Sud-Est de la Bavière, à proximité de la frontière autrichienne, où je dispose de quelques attaches familiales, j’ai pu découvrir  quatre ruchers qui m’ont vivement intéressés. Je me propose de partager avec vous ces quelques cartes postales.

Je remercie les personnes qui ont gentiment organisé ou permis ces rencontres et aussi mon épouse qui a assuré la traduction simultanée en Allemand .

Pour l’album photo, c’est ici

Etape 1: Le rucher historique d’ oncle Peter

20141222_115600

J’ai été très surpris d’apprendre qu’un  oncle de ma femme était un apiculteur expérimenté. Je l’avais rencontré à plusieurs reprises mais l’on n’avait jamais parlé de cela.

En Bavière, en raison de l’altitude (400-600m) et du climat continental, les hivers sont longs et rigoureux. La pratique la-bas est de construire des petites maisons (Bienenhaus) qui abritent les ruches. Les ruches sont abrités de la pluie et du vent, l’apiculteur aussi. Comme les ruches sont enfermés, le vol est sans doute plus difficile.
L’apiculteur dispose aussi dans cette Bienenhaus de tout son matériel et d’un établi de travail ainsi que de placards de rangements (pour les cadres par exemple rangés comme des livres).
Les ruches elle-mêmes sont de type Zander qui ressemble a une Langstroth.

La Bienenhaus est très ancienne et remonte d’après mes informations d’avant les années 1950.  L’apiculteur a eu sa première ruche pour sa communion et a pratiqué jusqu’à son décès récent à l’age de 84 ans.
La Bienenhaus qui apparaît dans l’album de photos a succédé à une autre qui a été détruite par un incendie lors d’une tentative de destruction de nid de frelon avec du papier journal enflammé, ce qui a mal tourné.

Du point de vue construction, la Bienenhaus comporte un enclos à poules qui visiblement cohabitent bien avec les abeilles.
Cela permet d’éviter que des animaux ou des personnes ne s’approchent par inadvertance de la planche d’envol et doit certainement aussi permettre aux poules de manger quelques frelons imprudents.
Les poules passent la nuit dans le logement à gauche de la Bienenhaus (entrée bien visible sur la photo).

Ce n’est pas visible sur les photos, mais la face arrière (nord) de la Bienenhaus est occupée par des clapiers. Tout l’espace a son utilité bien pensé.
Actuellement, le rucher est abandonné par les abeilles, mais bien nettoyé et entretenu pour le moment ou la prochaine génération voudra prendre le relais.
A noter à l’intérieur, l’armoire qui contient les cadres rangés comme des livres dans une bibliothèque.
Dans la maison du propriétaire (fille de l’apiculteur), les ruches anciennes en paille ont été conservées pour la décoration.

Chose surprenante, il parait que des essaims venaient naturellement et régulièrement  au printemps occuper les ruches qui avaient succombées à l’hiver ou avaient été vidées.

A noter aussi que l’apiculteur ne traitait pas ses ruches contre le varroa et que les abeilles ne se portaient pas plus mal.

Par contre, il y avait pas mal de pertes à cause des agriculteurs environnants qui traitaient leurs champs sans prévenir personne.

Cette Bienenhaus m’est apparu un peu comme un témoignage de l’apiculture d’antan qui disparaît peu à peu. C’est un vrai musée vivant ou règne encore la présence de l’apiculteur disparu et un délicieux parfum de cire et de miel.

Etape 2: Rencontre avec l’apicultrice Theresia 

20141223_142829

Deuxième étape de ma visite, la rencontre avec l’apicultrice Theresia m’a permis de voir une pratique plus récente de l’apiculture bavaroise.
Le rucher est un petit enclos dans un espace vert au coeur d’une petite ville. Les ruches sont également enfermées dans une Bienenhaus, moderne celle-ci. Il s’agit comme précédemment de ruches Zander.

A noter la construction des ruches à tenons avec du bois de qualité. Visiblement les ruches bien protégées dans la Bienenhaus sont faites pour durer plusieurs générations.

Les ruches occupent trois cotés du petit bâtiment (le quatrième coté est occupé par la porte d’entrée).  A noter le treuil sur rail permettant de soulever les ruches Zander facilement.

Theresia pratique l’apiculture de loisirs depuis sa jeunesse, formée par son grand-père puis son père.

Elle ne traite que très peu ses ruches avec de l’acide Oxalique. Il semble que très peu de traitements soient autorisés en Allemagne.

D’après elle, il y a peu de maladies et parasites. Pas de fausse-teigne, pas de loque américaine et européenne.

Les ruches orientées au nord produisent moins de miel, démarrent plus tard et le miel est plus foncé que les ruches coté Sud ou Est.

J’ai pu rapporter un pot de miel fraîchement extrait de la récolte 2014.

Etape 3: Le rucher-école de Müldorf

20141223_151924

Visite rapide et impromptue au rucher école de Müldorf. La Bienenhaus est intégrée au corps de bâtiment du lieu de formation.

L’adresse est parlante: Imkerweg (Chemin de l’apiculteur) et un panneau décline toute responsabilité envers les curieux imprudents, mais le site est accessible à tous. L’association comprend 408 membres et 2219 colonies dans le Kreis (département). Voici leur site WEB
B
eaucoup d’activités très structurées tout au long de l’année.

Même fin Décembre, par cette belle journée ensoleillée avec 8°C , les abeilles sortent. Elles sont très noires.

A noter, la petite Bienenhaus pour deux ruches qui est typiquement destinée à l’usage amateur.
Les planches de vol sont très longues. Est-ce que l’on peut expliquer cela par une adaptation à un climat difficile et venteux qui nécessite une piste d’atterrissage plus longue ?

Etape 4: Le rucher de l’Ermitage à Engfurt

20141225_140208

Pour finir, encore une référence historique. Voici quelques photos d’une petite Bienenhaus situé a Engfurt associée à un ermitage (au passage plutôt confortable) proche d’un manoir et d’une auberge historique. Situé auprès d’une petite rivière, bien à l’abri des vents froids dominants, cette petite maison dégage un charme auquel je ne résiste pas.

Pour ceux qui parlent l’Allemand, voici les références historiques du site.

Ce contenu a été publié dans Echanges / Tourisme. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Echanges apicoles en Bavière

  1. Florica Cimpoies dit :

    C’est vraiment admirable cette façon de traites si bien les abeilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.